Activites propres

La LIDHO a toujours mené ses activités traditionnelles de défense, de protection et de promotion des droits de l’Homme. Elle procède par des enquêtes, des études et recherches, des saisines et auto saisines. Ce qui lui permet de faire des dénonciations de violations de droits humains, de la formation, de la sensibilisation, du lobbying, de l’accueil, de l’écoute, de l’assistance juridique et judiciaire des victimes des droits de l’Homme.

En matière de démocratie, la LIDHO a, par le passé, organisé des marches en vue de protester contre l’arbitraire et de revendiquer l’instauration d’un Etat de droit en Côte d’Ivoire. Ces trois dernières années, elle a conduit des campagnes pour la paix, les droits de l’Homme, le droit international humanitaire et la démocratie par la publication de documents et méthodes pédagogiques appropriés. Elle s’est notamment investie dans : ? L’assistance juridique et judiciaire des personnes à son siège. Elle a, à cet effet, signé un protocole d’accord avec l’Association des Jeunes Avocats (AJA), Transparency Justice et l’Association des Femme Juristes de Côte d’Ivoire (AFJCI) ; ? La mise en place de l’Observatoire des Droits Et Libertés en Milieu Universitaire (ODELMU). L’ODELMU a eu à organiser, dans le cadre de sa mission, des ateliers de formation et un séminaire sur la violence en milieu universitaire ; ? La mise en place de l’Observatoire des droits des personnes vivant avec le VIH-SIDA (ODP+) ; ? L’organisation des victimes des déchets toxiques, avec qui elle a des rencontres périodiques et commission d’avocats en leur faveur. La LIDHO a également participé à la Commission nationale d’enquête sur les déchets toxiques.

La LIDHO est par ailleurs demeurée un interlocuteur et un acteur privilégié et sollicité, d’où : ? Les rencontres sur la crise ivoirienne avec les diplomates accrédités en Côte d’Ivoire ; ? Les séances de travail hebdomadaires avec l’ONUCI (Opérations des Nations Unies en Côte d’Ivoire) sur la crise humanitaire et les violations des droits de l’Homme ; ? Les séances de travail avec des représentants de l’administration, relativement à des cas de violations de droits de l’Homme ou à la situation des droits humains dans le pays. En matière de sensibilisation, la LIDHO a, par le passé, organisé une campagne de sensibilisation et de formation sur les droits de l’homme de façon générale. Cette campagne avait pour objectif d’éduquer la population ivoirienne aux notions fondamentales des droits de l’homme. Cette campagne s’est appuyée sur des supports sur les droits de l’homme édités par la LIDHO et intitulés « Je connais mes droits ». Aussi, dans le cadre de reconstruction de la cohésion social, la LIDHO en collaboration avec ses partenaires a édité plusieurs autres supports de formation : « Le Foncier rural », « Systèmes d’alertes précoces des communautés frontalières », « Gestion des biens publics », « Droits de l’homme et égalité des sexes », « Elaboration de projet et gestion de conflits communautaires », « Autorités administratives et autorités traditionnelles », « Conflits communautaires et cohésion sociale », « Formation obc et autorités locales aux droits de l’homme et protocoles », « Alliances inter-culturelles et parentés à plaisanteries », « Processus électoral : la participation des femmes », « Techniques de gestion du groupe et aux droits de l’homme », ainsi que des rapports d’enquête : « Conditions de vie et de détention des prisonniers de la maison d’arret et de correction d’Abidjan (MACA) », « Côte d’Ivoire : Les libertés d’opinion, d’expression et de réunion à l’épreuve », « Rapport de l’étude nationale sur la perception du processus de réconciliation nationale par les populations de Côte d’Ivoire », « Rapport d’étude sur le droit a la justice en Côte d’Ivoire dans les régions de Tabou, Tai-zagne et Toulepleu »…

Webmail for Lidho

Reseaux Sociaux

         

Lidho – Audio

Lidho – TV

Conditions d’adhésion a la Lidho

– Une fiche d’adhésion (à retirer au siège)
– 02 photos d’identité
– 2000 FCFA pour le droit d’adhésion
– 8000 F CFA pour un kit composé d’un badge LIDHO, d’un polo à l’effigie de la LIDHO, et d’un livret de présentation sur la LIDHO.

Texte Juridique

Clique sur l’image pour lire la declaration universelle des droits de l’homme

La militantante du mois

Mlle DJADJA Suzanne Dominique Mlle DJADJA Suzanne Dominique, titulaire d’une maitrise en droit privé, a adhéré à la Ligue Ivoirienne des droits de l’homme (LIDHO) plus précisément à la section LIDHO de Cocody depuis le 27 février 2005 sous le numéro 2072 après avoir été coopté par M. BOSSON JEAN, Secrétaire Général de la section LIDHO de Cocody d’alors et M. AHUI Camille (ex Secrétaire permanent au siège).

Lien utiles

ONUCI
FIDH
Ministere de la justice de cote d’ivoire
OHCHR
CNDH CI

Nos partenaires